Question:
Combien de fois une endosymbiose s'est-elle produite?
Will Townes
2011-12-15 03:30:10 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Selon la théorie de l'endosymbionte, les mitochondries et les chloroplastes étaient des bactéries englouties par des cellules plus grosses. Combien de fois est-on estimé que cela s'est produit dans le passé? Y a-t-il des exemples de ce processus observé directement?

Que voulez-vous dire "combien"? Voulez-vous dire combien de fois cela aurait dû se produire avant que les mitochondries ne deviennent nos endosymbiontes? Cette question n'a aucun sens pour moi ...
Je pense que c'est une bonne question. Était-ce un événement unique ou rare, ou une conséquence inévitable de la coopération des colonies bactériennes? C'est une question fondamentale dans le développement de la vie multicellulaire.
Quatre réponses:
#1
+16
user59
2011-12-15 06:39:45 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Eh bien, il semble tout à fait évident qu'il ne s'agissait pas d'un seul acte je-mange-vous-mais-vous-avez survécu mais plutôt d'une convergence d'espèces endosymbiotiques et hôtes dans une coopération de plus en plus grande. Bien sûr, cela laisse une question s'il y avait une ou plusieurs espèces d'endosymbiontes impliquées.

Les mitochondries sont une histoire très primitive forcée par la catastrophe d'oxygène, donc c'est difficile à dire, bien que la grande majorité des mitochondries semble ont une origine unique.

Les plastes sont beaucoup plus divergents, mais il semble qu'ils proviennent d'une seule source, ont divergé en chloroplastes, cyanelles et rhodoplastes et ont ensuite été mélangés par de nombreux actes secondaires et même tertiaires endosymbiose (plus une évolution ultérieure); cette variété est particulièrement visible au sein d'Euglenas, et ils constituent le principal groupe étudié de cette manière.

quelle est l'histoire de la catastrophe de l'oxygène qui a mis une certaine force sur les mitochondries?
Long et spéculatif - en bref, les bactéries aérobies sont supposées être ingérées par des bactéries anaérobies plus grosses qui nécessitaient quelque chose pour réduire le niveau d'oxygène à l'intérieur de leurs cellules. Je pense que vous devriez poser une nouvelle question à ce sujet.
@Vass:, vous pouvez consulter http://www.amazon.com/Oxygen-Molecule-World-Popular-Science/dp/0198607830/ref=sr_1_4?s=books&ie=UTF8&qid=1336399813&sr=1-4 C'est assez difficile pour un livre scientifique populaire, mais qui explique comment la vie a appris à vivre et à utiliser l'oxygène
#2
+16
Thomas Ingalls
2011-12-22 00:56:41 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je pense que @mbq a mieux couvert la question de la fréquence que moi.

Il existe au moins un exemple moderne de ce type de nouvelle formation d'organites. Les pucerons ont un endosymbionte intracellulaire profond Buchnera impliquant un transfert de génome qui s'est développé au cours des 200 derniers millions d'années.

Il existe de nombreux articles sur ce sujet (par exemple: Nature de 2000), et c'était un peu controversé il y a 15 ans. Maintenant, il est largement admis qu'il s'agit d'un développement moderne de l'endosymbiose et d'une confirmation de la théorie.

@Thomas Ingalis, avec l'exemple de Buchnera, pourquoi un endosymbionte intracellulaire implique-t-il un transfert de génome? À quoi cela fait-il référence exactement?
@Vass, pour être correct, je devrais dire redondance fonctionnelle. [Nikoh et al] (http://dx.doi.org/10.1371/journal.pgen.1000827) ont publié une analyse en 2010 criblant un génome de puceron complet pour les gènes transférés. Extrait du résumé: «Nos résultats ont exclu l'hypothèse que la réduction du génome chez Buchnera a été accompagnée d'un transfert de gène vers le génome nucléaire de l'hôte, mais suggèrent que les pucerons utilisent un ensemble de gènes dupliqués acquis à partir d'autres bactéries dans le contexte du mutualisme Buchnera-puceron . " Cette redondance peut être interprétée comme une étape vers la formation d'organites.
#3
+6
Marta Cz-C
2011-12-16 01:42:47 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Cela dépend de ce que vous appelez l'endosymbiose. Dans le sens de l'interaction mutualiste entre la cellule hôte et l'organisme intracellulaire, il comprend également les bactéries Rhizobium et les plantes Fabaceae, certains Cnidaria et algées dans leurs cellules, et même certains champignons micorhiziens qui envahissent les cellules végétales. Mais les interactions parasites sont aussi parfois appelées symbiose, car la symbiose signifie simplement «vivre ensemble» et l'équilibre entre bénéfices et coûts pour chaque partenaire est parfois difficile à mesurer et même évolue dans le temps. Donc, dans ce sens plus large, même le ver Trichinella qui vit dans une cellule de mammifère est un endosymbionte et l'endosymbiose est très courante.

#4
+2
WYSIWYG
2014-01-09 12:12:43 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il existe des preuves d'endosymbiose secondaire, c'est-à-dire d'organite dans un organite. Cela est assez évident dans les chromaveolates. De nombreux chromaveolates unicellulaires qui avaient été classiquement appelés algues unicellulaires, ont des chloroplastes dérivés d'autres algues. Cet organite a à son tour un sous-organisme lié à la membrane. Pour une référence rapide, vous pouvez consulter cet article. Euglena et les diatomées sont quelques exemples célèbres de ce phénomène.



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...