Question:
Quelle est la caractéristique la plus difficile à expliquer dans l'évolution?
Andrei
2011-12-23 08:05:01 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je me demande quels sont les exemples d'organes / structures / comportements / coopération que les biologistes évolutionnistes eux-mêmes trouvent les plus difficiles à expliquer - pour expliquer comment ils pourraient apparaître évolutivement - dans les taux de mutation connus, la fréquence des générations et les délais connus. question de l'apparence de la vie elle-même.

Connaissant les taux de mutation et le cycle de génération (et la taille de la population), il serait possible d'estimer le temps nécessaire à l'apparition d'une nouvelle fonctionnalité.

Ainsi, il serait possible de repérer des contre-exemples, de tels exemples qui sont probablement au-delà de la possibilité d'apparaître dans un temps évolutionnaire donné. Est-ce que de tels exemples sont connus?

Je suis peut-être naïf, mais je pense qu'un trait comportemental rare peut être candidat, un comportement qui ne déclenche même pas une fois dans la vie de l'organisme, en moyenne, qui se déclenche très rarement.

Certaines personnes continuent de présenter le [scarabée bombardier] (https://en.wikipedia.org/wiki/Bombardier_beetle) ...
@J.M .: bien sûr, mais leur argument est absolument inexistant ...
C'est pourquoi je l'ai laissé en commentaire, @nico; J'évite les réponses qui pourraient le soulever.
Il s'agit d'une question d'enquête classique qui demande des arguments non basés sur des faits, mais sur un «sentiment» instinctif sur la probabilité d'évolution des caractéristiques
@Tyler essaie de suggérer un moyen d'améliorer cette question. Il est toujours valable de remettre en question même si c'est le paradigme.
@Tyler: Selon Dawkins, la vitesse d'évolution n'est pas instinctive mais est sujette à des estimations numériques et à une simulation informatique. Les taux de mutations génétiques sont connus, le cycle de reproduction peut être estimé, la taille de la population peut être estimée, d'où le rythme d'évolution peut être estimé, même avec une erreur d'estimation importante, mais néanmoins simulé.
@Andrei: cette question suppose l'existence d'une métrique par laquelle nous pouvons 1) quantifier le taux d'évolution, et 2) trouver un développement anormal sous cette métrique. Il est peut-être préférable de poser des questions sur cette métrique avant de spéculer sur le fait qu'elle a été utilisée, puis de demander le classement.
@Andrei, serait-il possible de clarifier votre dernier paragraphe? Je ne peux pas en comprendre le sens.
Trois réponses:
#1
+13
Greg Slodkowicz
2011-12-30 23:37:08 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Pour répondre directement à votre question, il y a un certain nombre d'exemples que les créationnistes aiment évoquer, comme la langue de pic qui est enroulée autour de son cerveau ou le poisson archer qui abat les insectes avec de l'eau et doit ajuster sa visée pour réfringente différence entre l'eau et l'air. Ces caractéristiques «n'auraient pas pu évoluer», mais bien sûr, l'incrédulité ne rend rien de vrai ou de faux. C'est ce que Dawkins appelle «l'argument de l'incrédulité personnelle».

Permettez-moi également de souligner quelques contre-arguments évolutifs à un tel raisonnement.

La présence de la sélection change radicalement ce qui est «probable» ou «possible». Par exemple, vous ne diriez pas qu'il est hautement improbable que les pierres sur la plage soient classées par taille, si vous savez que l'action des vagues les ordonne d'une certaine manière. La belette de Dawkins ( http://en.wikipedia.org/wiki/Weasel_program) démontre également ce principe.

Un autre argument de Dawkins est que, contrairement à ce que prétendent les créationnistes, des fonctionnalités complexes telles que l'œil n'ont pas besoin d'être complètement fonctionnelles pour être utiles. Au début de l'histoire de la vie, quand aucun organisme n'avait d'yeux, tout système simple qui pouvait distinguer la lumière de l'obscurité pouvait offrir un énorme avantage à son propriétaire. Le système simple peut alors évoluer vers un système plus complexe pour fournir un avantage concurrentiel, etc.

Enfin, l'évolution se produit sur des échelles de temps que nous ne pouvons pas saisir. Nous n'avons pas une bonne idée de ce pour quoi des milliards d'années de petits changements sélectionnés peuvent s'additionner.

Je suis moi-même avolutionniste et j'ai lu Dawking. Vous avez mal compris ma question. Je n'ai pas demandé ce qui semble incroyable aux yeux des créationnistes. Ce serait une question facile, je demande quels exemples semblent difficiles à * faire évoluer les biologistes * eux-mêmes. Dawkins donne des explications impressionnantes sur l'évolution de l'œil, etc. Encore une fois, toutes ces caractéristiques sont-elles faciles à * expliquer * aux évolutionnistes? Les évolutionnistes ne * croient pas seulement * à l'évolution. Ils recherchent des explications spécifiques. Les explications * ne sont-elles pas parfois difficiles à trouver *? Quels sont des exemples?
@andrei quel rôle joue la croyance dans la science?
#2
+9
Fomite
2011-12-31 03:45:29 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je ne prétendrai pas que ce sont les choses les plus difficiles à expliquer évolutivement, mais ces deux sont difficiles:

  1. Dynamique hôte-pathogène. Ils commencent assez facilement, mais l'interaction entre un pathogène et son hôte est extrêmement complexe. Vous avez le système immunitaire, l'interaction pathogène-pathogène, l'équilibre entre affaiblir un hôte et tuer un hôte, des dizaines de mécanismes de transmission différents, au moins deux niveaux de pression évolutive (inter-hôte et population), etc.
  2. Traits au niveau social / sociétal. La psychologie évolutionniste a, par exemple, été critiquée pour ne pas pouvoir dépasser le niveau des "Just So Stories" en termes de sa capacité à expliquer les traits de la société humaine en utilisant la théorie évolutionniste.
Je suis d’accord avec (2) tout simplement parce qu’il est très difficile de trouver de bonnes preuves (comme vous l’avez mentionné avec les histoires «justement»). Je ne suis pas d'accord avec (1) car cela peut s'expliquer par des modèles assez simples et c'est un exemple classique de course aux armements évolutive.
@KonradRudolph Je travaille sur certains de ces modèles, et ils sont loin d'être «assez faciles», surtout lorsque plusieurs pathogènes sont entraînés dans l'équation, ou que vous commencez à travailler à plusieurs échelles.
Assez juste, point pris.
#3
+7
Poshpaws
2011-12-24 00:01:13 UTC
view on stackexchange narkive permalink

L'œil de Nautilus était (est toujours?) un "problème" et est devenu un modèle pour les arguments créationnistes. Il a un œil de caméra à trou d'épingle, qui est l'œil sans objectif de la plus haute résolution. Cependant, je comprends que plusieurs genres sont apparus pendant le Cambrien et que les espèces existantes n'ont pas beaucoup changé depuis. Ainsi, le Nautilus a jugé bon de développer un œil sophistiqué mais non optimal il y a plusieurs centaines de millions d'années (d'autres céphalopodes ont une bien meilleure vision), mais pas de le développer davantage.

Cela peut être difficile à expliquer en termes évolutifs , bien que je remarque qu'ils chassent probablement via l'olfaction et non la vision.

À quelle profondeur ils vivent. Y a-t-il de la lumière à cette profondeur.
Je me suis retrouvé à sauter le papier de Grasso ["olfaction pas vision"] (http://content.karger.com/ProdukteDB/produkte.asp?doi=10.1159/000258669) en voyant "_ les vertébrés marins à toutes les échelles, des petits crustacés aux spermatozoïdes whales_ "dans l'abstrait.
@mgkrebbs Oui, j'avoue que ce n'est pas le meilleur début d'un article.
jugé bon de se développer? Veuillez expliquer cela dans un cadre évolutif


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...