Question:
Y a-t-il eu des observations d'espèces adaptant le processus d'évolution?
David
2011-12-29 06:36:44 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je suis très intéressé par l'évolution du processus d'évolution lui-même. Il y a bien sûr beaucoup de choses qui influencent le fonctionnement de l'évolution, mais pour cette question, je m'intéresse aux choses qui ne sont liées qu'au processus d'évolution. Des exemples pourraient être l'augmentation du risque de mutations chez les nouveau-nés, un changement d'âge de reproduction, etc. Je suis particulièrement intéressé par l'observation où le processus d'évolution lui-même s'est adapté à un changement de l'environnement.

La réponse de Nick ici est un peu hors de propos. Vous pourriez considérer les cellules du système immunitaire comme faisant quelque chose de similaire à l'évolution (il y a sélection, etc.). Mais ces changements ne sont pas transmis à la descendance par la lignée germinale.
Je pense que les humains ont changé leur âge de reproduction plusieurs fois au cours de leur évolution. Je me souviens avoir entendu parler des différences géographiques pour l'entrée à l'âge de la puberté.
Les espèces avec parthénogenèse viennent à l'esprit. Non observé mais évidemment adaptation de perdre tous les mâles.
Huit réponses:
#1
+33
Greg Slodkowicz
2011-12-29 14:56:54 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Les bactéries telles que E. coli sont connues pour augmenter leur taux de mutation (en passant à une polymérase plus sujette aux erreurs entre autres) lorsqu'elles sont soumises à un stress. Cela peut signifier être placé dans un milieu où il n'est pas adapté à la croissance ( http://www.micab.umn.edu/courses/8002/Rosenberg.pdf) ou lorsqu'il est traité avec des antibiotiques ( http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1088971/?tool=pmcentrez).

#2
+15
kmm
2011-12-29 23:03:24 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Le "changement de l'âge de reproduction" que vous mentionnez est un aspect majeur de l'évolution de l'histoire de la vie.

Il existe une littérature massive sur ce sujet, y compris plusieurs livres: par exemple, L'évolution des histoires de vie : Théorie et analyse (Roff, 1992) et L'évolution des histoires de vie (Stearns, 1992).

Reznick et divers collègues ont mené des études approfondies sur évolution de l'histoire de la vie chez les guppys de Trinidad depuis environ 30 ans. Par exemple:

L'évolution du cycle de vie a également été documentée en réponse aux pressions humaines. Les stocks halieutiques évoluent en réponse à la surpêche. Par exemple:

#3
+14
GWW
2011-12-29 06:51:52 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je pense que cela fait partie de vos critères, mais corrigez-moi si je me trompe :).

La protéine de transcriptase inverse VIH a évolué pour avoir une fidélité relativement faible un taux de mutation élevé dans les particules virales répliquées). La transcriptase inverse est également recombinogène, c'est-à-dire. il peut changer de modèle pendant la réplication, ce qui entraîne encore plus de variabilité. Combinées, ces deux propriétés conduisent chaque individu à avoir un grand nombre de génomes viraux variants, ce qui conduit à une résistance accrue aux médicaments antirétroviraux, etc.

EDIT:

J'ai pensé à grippe comme deuxième exemple. Le génome viral a évolué pour être fragmenté en 7 à 8 morceaux d'ARN, qui peuvent être échangés avec d'autres souches lors de la co-infection d'une seule cellule. Cela peut conduire à des souches de grippe plus virulentes ou transmissibles; ceux-ci peuvent également être utiles pour créer de nouvelles souches contre lesquelles les vaccins antigrippaux ne sont plus utiles.

#4
+8
Nick T
2011-12-30 04:46:22 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Des espèces ont été observées dans des expériences contrôlées pour utiliser différentes sources d'énergie, par exemple axénique E. coli récupérant le métabolisme du citrate dans le laboratoire de Lenski à MSU. Ils ont également montré que les mutations du gène mutateur mutT peuvent accélérer le processus d'évolution, bien que ce soit une évolution dirigée par la forme physique dans un cadre très spécifique.

#5
+4
Richard Wonka
2011-12-29 11:19:00 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Que diriez-vous des espèces qui modifient activement les facteurs qui jouent un rôle dans le processus de sélection?

Les humains sont une espèce qui a fortement modifié ce processus. Dans le monde occidental, nous avons abandonné la sélection par compétences de survie et aptitude génétique pour passer à une sélection sociale, où le génome est secondaire aux compétences sociales et à l'adaptation à la mode, qui sont des compétences acquises.

Je ne pense pas que cela implique un changement dans le mécanisme sous-jacent. Du moins, pas celle qui a encore été démontrée. «Sélection sociale» est un terme très diffus. Est-ce que cela diffère réellement de la sélection naturelle? Personnellement, j'en doute: cela peut être facilement expliqué en termes de sélection naturelle et sexuelle et parentale donc ce serait l'explication la plus parcimonieuse.
#6
+3
Oreotrephes
2013-08-09 05:43:48 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Pigliucci donne un bon aperçu de certains aspects de ce sujet dans "L'évolution est-elle évolutive?" (2008). Il voit ce que vous demandez, qu'il appelle «évolutivité», comme l'un des sujets clés pour l'avenir de l'étude de l'évolution.

C'est une théorie de l'évo-devo-théorie très conceptuellement dense, donc je 'fera probablement un mauvais travail en essayant de l'expliquer, mais il essaie de mettre en place un cadre qui ne traite pas seulement de choses comme l'histoire de la vie (réponse par kmm) et le taux de mutation / recombinaison (faible fidélité au VIH par réponse de GWW, et , Je suppose, l'évolution du sexe lui-même), mais aussi avec des contraintes qui évoluent à différents niveaux pour «canaliser positivement» la mutation (c'est-à-dire, la compréhension que si les mutations sont effectivement aléatoires, les phénotypes qui émergent et sont sélection, ne sont pas aléatoires, mais sont canalisés par le système de développement de l'organisme).

Il inclut également le rôle du développement dans l'ouverture de «l'espace phénotypique» dans lequel une lignée peut évoluer. Par exemple, les organismes unicellulaires ont une limite de taille et de complexité, l'évolution de la multicellularité ouvre cette immense zone d'évolution. Dans un sens, c'est aussi "l'évolution de l'évolution".


#7
+2
Nick
2012-08-24 21:29:11 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Si vous regardez le système immunitaire adaptatif, le processus de recombinaison des cellules B, d’expansion clonale et d ’ hypermuation somatique est, par essence , évolution induite.

#8
+1
Makoto Kato
2015-12-07 11:52:43 UTC
view on stackexchange narkive permalink

L'article suivant publié le 25 août 2015 affirme qu'il existe effectivement des mutations dirigées. Preuve de la rétromutagenèse en tant que mécanisme de mutation adaptative chez Escherichia coli http: //journals.plos. org / plosgenetics / article? id = 10.1371 / journal.pgen.1005477



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...